20 juin 2012

« De la nature au livre : sortir de soi » : cinquième podcast Etonnants Voyageurs sur le Pop Corner

La couverture du livre de Reif Larsen (Nil Edition)

Deux jours après « Les prix littéraires », et après « Consciences métisses, pensés nomades », « Mythologies américaines » ou encore « Poor white trash », voici un nouveau podcast estampillé Etonnants Voyageurs ! Oui, un nouveau débat que menait mon humble personne lors de ce week-end de Pentecôte  –pour un journaliste pigiste, le notion de week-end est très abstraite !

C’était ici une table ronde qui mêlait le Nature writing, la fiction et la non fiction. Qui posait la question de ce qu’un auteur valide de lui, de son environnement et de l’universel lorsqu’il écrit sur un socle commun à l’humanité : le sol, le décor, l’espace.

« De la nature au livre : sortir de soi » en était le titre. La rencontre, un des trois que je menais au nom de Rue89, avait dans un cadre tout à fait propice : la Rotonde Surcouf, au Palais du Grand large, nouvellement aménagée cette année et dont la baie vitrée ouvre sur la mer. C’était le lundi matin du festival. Un matin ensoleillé. Des conditions dans lesquelles, même à dix heures, on a envie d’écouter, de faire confiance, de sourire à la vie.

Elle réunissait :

  • Jim Fergus, que vous commencez à bien connaître
  • Robert Lalonde, québécois, auteur, comédien et dessinateur
  • Jil Silberstein, qui partagea plus d’un an la vie des Indiens du Québec-Labrador. Poète, essayiste, lauréat du prix Schiller, il est également traducteur de Trakl, Milosz et T. E. Lawrence.
  • Reif Larsen, jeune auteur d’un livre prodigieux

Voici donc ce débat malouin en podcast (durée : 1h16)

//www.mixcloud.com/media/swf/player/mixcloudLoader.swf?feed=http%3A%2F%2Fwww.mixcloud.com%2Fetonnantsvoyageurs%2Fecrire-la-nature-pour-sortir-de-soi%2F&embed_uuid=d728fee2-2821-4f9d-94bf-132d76fe5221&stylecolor=&embed_type=widget_standard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire