07 octobre 2013

Patti Smith et Albertine Sarrazin : le Pop Corner du jour sur Inter

Elle est une de ces déesses du rock qu’on pourrait appeler The Voice. Elle est le verbe, elle est le feu, elle est le rythme. C’est Patti Smith, une des idoles de tous les littéraires qui sniffent le rock, et vice-versa. Patti Smith était l’histoire que je racontai ce matin dans mon Pop Corner du lundi de « Comme On Nous parle » sur Inter.

 

Poète bohême avant de devenir chanteuse, Patti Smith est aussi une histoire littéraire, dont un des points de départ est un roman français. « L’Astrabale » d’Albertine Sarrazin, paru en 1965. Un roman que l’Américaine découvrit en 1968, et qu’elle se battit cette année pour faire rééditer outre-Atlantique.

 

C’est grâce à cette réédition américaine, avec une préface inédite de la chanteuse, que Fayard réédite à son tour le livre –et la préface. Lequel livre était à l’origine paru aux Edition Pauvert, appartenant à Fayard.

« L’Astragale », c’est comme un écho féminin aux romans de Jean Genet. Une jeune  auteur : Albertine Sarrazin, la première en France à raconter sa vie de prostituée, de délinquante, et de détenue. Et deux ans après, une auteur qui meurt avant l’heure.

 

On connaissait le film, où l’héroïne est interprétée par la toute jeune Marlène Jobert. Il faut aujourd’hui relire le livre.

 

 

 

Il faut aujourd’hui relire Patti Smith. Une femme à relire par ces poèmes et ses livres, mais aussi en l’écoutant. Cette voix…

Et commencer par (re) écouter la chronique et l’émission !

 

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire